Quel gyroboard choisir ? Comment ça fonctionne ?

​Les gyroboards sont des véhicules électriques monoplaces qui se conduisent les deux pieds sur une plateforme et sans guidon. Si le terme "gyroboard" est souvent utilisé sur internet, il fait en réalité référence​ à plusieurs types de produits différents.

Retour sur les différents types de gyroboards qui existent et leur mode de fonctionnement.

​Qu'est-ce qu'un gyroboard ? Comment le choisir ?

​Lorsqu'on cherche un véhicule électrique monoplace et qu'on ne connait pas son nom exact, ​il ​peut arriver de taper le mot "gyroboard" dans Google, mais ce terme ne désigne pas UN type de véhicule en particulier.

Voici une liste des véhicules électriques monoplaces souvent associés au terme gyroboard.

Type

Ordre de prix

Autonomie moyenne

​Durée apprentissage

€€

​​25 à 100+ km

​​1 semaine

€€€€€€

​1​0 km

1 - 2 jours

€€

​​​30+ km

​3 jours

€€€

​22 km

1 ​jour

1. Gyroboard pour la ville : le gyroroue

​Aussi connut sous les noms de monocycle électrique, monoroue électrique ​ou SBU (Self Balancing Unicycle), le gyroroue fait son apparition en 2011, exploitant la technologie d'équilibre gyroscopique inspirée du gyropode. Il s'agit tout simplement d'une roue gyroscopique équipée de repose-pieds.

​Le gyroroue se différencie des autres ​gyroboards par sa forte évolution. Grâce à la concurrence féroce que se mènent les marques leader du marché, les modèles s'améliorent très rapidement et les prix restent assez accessibles selon les attentes.​

Cet enthousiasme des marques est ​porté par la popularité assez forte de ce VEI par les consommateurs. C​e gyroboard est en effet idéal pour la ville, et les récents modèles deviennent vraiment très performants, avec des modèles ayant plus de 90 km d'autonomie et des vitesses dépassant les 50 km/h

>> En savoir plus sur les monocycles électriques

2. Gyroboard pour le loisir et les enfants : l'hoverboard

​C'est certainement l'un des type de gyroboards les plus commercialisés ​à ce jour. 

Pas toujours considéré comme un réel véhicule par les usagers à cause de son faible prix et de ses performances moins importantes que les autres types de gyroboards, l'hoverboard n'en reste pas moins un véhicule motorisé qu'il faut ​manier avec précautions.

Je tiens ce type de discours car beaucoup de parents achètent des hoverboards à leurs enfants sans prendre soin de se renseigner sur ce qu'ils achètent.

S'il est vrai que pour un enfant ce type de ​gyroboard est plus facilement maniable que d'autres, tous les modèles ne sont pas forcément très fiables.

​Pour plus de conseils sur quel hoverboard choisir vous pouvez retrouver mon guide sur ce type de gyroboard, et aussi découvrir les hoverboards tout terrain

Si vous souhaitez en revanche plutôt choisir un hoverboard pour votre enfant, cet article devrait vous intéresser.

>> En savoir plus sur les ​​hoverboards

3. Gyroboard pour les riders : le skateboard électrique

Le skate électrique a une apparence​ familière​: un plateau, ​appelé  «deck», sur lequel se posent les pieds, et 2 paires de petites roues entraînées par ​des moteurs. ​

​Un skate électrique est toujours doté ​d'une batterie lithium-ion et d'une télécommande qui sert à avancer et freiner (ou à défaut d'une application mobile). 

En ce qui concerne la motorisation, deux solutions sont possibles : des moteurs dans les trucks, ou bien des moteurs directement dans les roues (donc soit 2 moteurs, soit 4 moteurs). Seule la Inboard M1 dispose pour l'instant de ce système.

Les différents modèles de skateboards électriques couvrent des usages variés, allant de l'urbain au tout terrain. ​​

>> En savoir plus sur les ​skateboards électriques

​4. Gyroboard pour les ​professionnels : le gyropode sans guidon

​Le gyropode sans guidon est un véhicule électrique encore assez peu répandu mais terriblement pratique pour certains types d'utilisations.

Ce type de gyroboard est apparu sur le marché pour constituer un entre deux avec le gyropode et l'hoverboard. Assez réussit, ce mix des deux donne naissance à un gyropode avec selle. 

Si peu de modèles de ce type de gyroboard existent encore, on regrette le manque de performances proposés par les constructeurs.

En effet si d'un point de vue ergonomique le véhicule es tune réussite, les performances des gyroroues les plus récentes laisse un avenir pour l'instant assez ombrageux à ce type de gyroboard.

>> En savoir plus sur les ​​gyropodes sans guidon

​Alexis

​Passionné de véhicules électriques, retrouvez mes articles et tests de produits sur mon site Gyropodus


​Retrouvez moi ​ailleurs sur le web :

Gyroboard, gyroskate, qu’est-ce que c’est ?
Vous n'avez pas pu les manquer… Ils ne sont pas très nombreux pour l'instant, mais ils se font néanmoins présents autour de nous. Glissant silencieusement à nos côtés, ces équipements de transport atypiques suscitent bien d'interrogations. D'autant plus que leurs noms font peu pour éclaircir le mystère. De quoi s'agit-il exactement ? Comment ça marche ? Retrouvez ici une présentation détaillée de ces véhicules d'un nouveau type, et des particularités qui les différencient.
Le Hoverboard
Qu’est-ce que c’est ?
Le hoverboard ou gyroboard est un moyen de transport novateur qui se répand progressivement autour de nous depuis son apparition il y a quelques années. Son design atypique et futuriste l'a rendu de plus en plus populaire, en particulier auprès des jeunes.
 Il s'agit simplement d'une plate-forme à laquelle viennent se greffer deux roues. Le hoverboard partage le plus de similarités avec le gyropode, se démarquant simplement par l'absence de guidon. Contrairement au skate électrique, le gyroboard ne possède ni vitesses ni freins.
L’utilisateur reste debout et contrôle le hoverboard en exploitant le système de stabilisation gyroscopique intégré. Cette technologie se base sur les mouvements du corps pour guider l'appareil. Il suffit de s'incliner vers l'avant pour le faire avancer ou vers l'arrière pour le faire reculer, ce qui rend la conduite très intuitive.
Comment ça marche ?
Un hoverboard est un véhicule gyroscopique électrique monoplace de la même famille que les gyropodes. Il se déplace en utilisant deux moteurs électriques indépendants, ce qui facilite le pilotage de l’appareil et lui permet d'avancer même sur un terrain irrégulier. Les moteurs sont alimentés par des batteries intégrées, avec une autonomie qui peut varier. Celles au lithium-ion sont considérées comme les plus performantes en ce moment. Il n’est pas rare qu’elles atteignent une autonomie de 60 km, ce chiffre est constante augmentation.
Apprendre à piloter
Se déplacer en hoverboard s'apprend très simplement, ce qui explique en partie le succès de ce véhicule. Il se pilote avec les pieds, l’équilibre et le sens de gravité du corps. Pour avancer ou reculer, vous avez juste à vous pencher un peu en avant ou en arrière. De même, se redresser permet de rester sur place. Et pour tourner sur place, il vous suffit d'appuyer légèrement avec le pied correspondant.  Quelques heures de pratique suffiront à en maitriser le déplacement. Et les sensations ne manqueront pas de rappeler les sports de glisse comme le roller, le snowboard ou encore le ski.
Comment choisir ?
Outre l’autonomie et le poids, un critère de choix déterminant est la taille des roues. Il en existe principalement trois : 6,5 pouces, 8 pouces et 10 pouces.
Les gyroboards à roues de 6,5 pouces sont plus légers, et plus faciles à emporter partout. C’est le choix idéal si vous devez souvent transporter votre planche d’un endroit à l’autre. Par contre ils seront limités aux surfaces larges et lisses, le plus souvent en intérieur. Ce sont les modèles les plus économiques avec un prix de l’ordre de 350 à 400 €.
A l’opposé, les roues de 10 pouces seront parfaites pour avancer sur les surfaces irrégulières, faire du tout terrain ou se déplacer dans la rue. Ces hoverboards seront également plus confortables, plus durables avec une meilleure résistance aux chocs. Ils seront par contre plus encombrants, en termes de poids et de dimensions, et reviendront plus chers à l’achat. Les prix peuvent en effet avoisiner 800 à 1200 €.
Les modèles de 8 pouces sont à mi-chemin entre ces deux premières catégories. Ils offrent donc un certain compromis.
Avec l’évolution du marché, des catégories alternatives font également leur émergence. Vous pouvez ainsi retrouver des modèles plus petits, ciblés enfants ou adolescents ou encore des engins à roues renforcées, pensées pour un usage purement sportif et tout-terrain.
Bien que bénéficiant de l’attrait de la nouveauté ; le hoverboard n’est pas le seul véhicule monoplace à profiter d’une propulsion électrique. Celle-ci se retrouve également associée à un appareil à l’apparence plus commune : la planche de skate.
Le skate électrique
Qu’est-ce que c’est ?
Encore appelé gyroskate ou planche gyroscopique, c'est tout simplement une planche de skate dotée d'un moteur électrique alimenté par une batterie. Ce moteur leur permet d'atteindre de grandes vitesses élevées sans devoir se propulser avec le pied.
Le gyroskate a une apparence des plus familières. Un plateau, encore appelé  «deck» sur lequel se posent les pieds, et 2 paires de petites roues entraînées par le moteur. Il est ainsi plus proche d'une trottinette sans guidon qu'un hoverboard par exemple.
Comment ça marche ?
Le skate électrique est doté d'un moteur couplé à une des paires de roues. Donner une impulsion du pied permet de mettre en marche le moteur, qui prend ensuite le relais pour propulser l'engin. L'autonomie de la batterie permettra alors de parcourir de grandes distances. Ceci fait de l'autonomie l'une des caractéristiques cruciales à prendre en compte pour choisir son skateboard électrique.
Les  différents modèles couvrent des usages variés, allant de l'urbain au tout-terrain. Plusieurs skates électriques sont également pourvus de télécommande sans-fil, pour régler des paramètres comme la vitesse, l'accélération ou le freinage. Il s'agira alors soit d'une télécommande Bluetooth plus ou moins discrète, soit d'une application pour smartphone permettant de contrôler l'engin. D'autres modèles intègrent une fonction de recharge de la batterie, similaire à celle des véhicules électriques.
Comment choisir ?  
Les skates électriques se déclinent en deux grands groupes :
Les plus communs sont les gyroskates urbains, connus sous le nom de « Street ». Ces planches de skate sont habituellement les plus légères et possèdent une grande maniabilité. Elles sont adaptées pour rouler en ville, et sur les surfaces peu accidentées comme le bitume.
A l'inverse, les skateboards tout terrain, encore appelés « Cross » sont plus lourds et plus solides. Ils sont conçus pour rouler partout et s'adapter aux surfaces difficiles. Ces planches pourront ainsi se déplacer facilement sur les chemins de terre, dans l'herbe ou encore sur des graviers.
Le tout dépendra donc de l’usage que vous voulez en faire. Comme simple moyen de transport en zone urbaine, faites l’option d’un modèle Street. Si par contre vous êtes à la recherche de sensations et d’aventure, un Cross fera mieux l’affaire. Pour orienter votre choix, il vous faudra aussi prendre en compte les autres paramètres tels que l’autonomie, la vitesse de pointe, le poids. Enfin, suivant les modèles et les caractéristiques techniques, il faudra compter de 300 à 800 € pour un skateboard électrique.
Si un skate ne convient pas à vos besoins, vous pourriez être tenté par un véhicule gyroscopique qui a fait ses preuves, et dont l’utilité n’est plus à prouver. Un gyropode par exemple.
Le Gyropode
Qu’est-ce que c’est ?
Le gyropode se démarque assez facilement. Il s'agit du tout premier moyen de locomotion utilisant une technologie gyroscopique. Le gyropode se présente comme une plateforme d'appui, munie de roues et d'un guidon. Ce type d’appareil est souvent appelé, à tort, Segway du nom du premier constructeur à commercialiser des gyropodes.
Conçu à l'origine pour les personnes handicapées, le gyropode a fini par se répandre dans plusieurs domaines. Bien qu'il soit principalement exploité dans le transport urbain, on l'utilise également pour les visites touristiques, l'événementiel, la sécurité, les environnements logistiques pour ne citer que ceux-là.
À l'instar de la trottinette, le gyropode est un véhicule qui se conduit debout. Il a servi d'inspiration à toute une vague de moyens de transport gyroscopiques. Le gyroboard par exemple, est tout simplement un gyropode sans guidon. La gyroroue est un modèle encore plus minimaliste, constitué principalement d'une roue et de quelques extensions.
Utiliser un gyropode
Tout comme le hoverboard, le gyropode comporte deux moteurs électriques indépendants, un pour chaque roue, et une technologie d'équilibre gyroscopique. Le système d'équilibre dynamique, permet au pilote de contrôler la direction et la vitesse de l'engin en se servant simplement du poids de son corps tel un balancier. Se pencher vers l'avant, l'arrière ou sur un coté permettra d'avancer dans cette direction. Et plus l'utilisateur s'incline, plus vite l'engin avance. Contrairement aux apparences, c'est un engin particulièrement intuitif qui répond fidèlement aux mouvements du corps. Quelques dizaines de minutes suffiront à le prendre en main pour découvrir une nouvelle expérience de conduite.
Comment choisir ?  
Le choix d’un gyropode prendra en compte l’autonomie et les caractéristiques techniques, mais aussi l’utilisation que vous comptez en faire. Comme d’autres engins gyroscopiques, le gyropode se décline en versions urbaines et tout-terrain, ceci en fonction des dimensions, de la structure des roues et de la durabilité de l’ensemble. Ici encore les modèles urbains seront les plus maniables mais aussi les plus sensibles aux dénivellations du terrain, tandis que les versions plus sportives résisteront mieux aux environnements accidentés.
En ce qui concerne le prix, il varie d’une marque à une autre, suivant la matière du chassis (souvent alliage) et la qualité des roues (qui sont souvent personnalisées, ce qui alourdit encore plus la facture). Un gyropode de bonne qualité vous coutera entre 600 et 800 €. S’il est vrai que le prix n’est pas toujours un indicateur de qualité, vous trouverez néanmoins certainement votre bonheur avec ce budget.
Depuis le gyropode, la technologie d’équilibre dynamique a trouvé son application dans de nombreux formats. Le tout dernier, et sans doute le plus compact est sans doute la gyroroue.

La Gyroroue
Qu’est-ce que c’est ?
Aussi connue sous les noms de monocycle électrique, monoroue, e-roue, ou encore SBU (Self Balancing Unicycle), la gyroroue fait son apparition en 2011, exploitant la technologie d'équilibre gyroscopique inspirée du gyropode. Il s'agit tout simplement d'une roue équipée de pose-pieds et d'un siège.
Elle se différencie ainsi des autres véhicules gyroscopiques, comportant plus d'éléments, et généralement plus intuitifs.
Comment ça marche ?
Les gyropodes se basent sur un moteur « brushless » (sans balais) qui lui permet de remonter les pentes et de soutenir le poids de l'utilisateur. La puissance de celui-ci est souvent  comprise entre 500 et 1800 W, pour des vitesses maximales annoncées entre 18 et 25 km/h. Comme avec les autres véhicules électriques, le moteur est entraîné par une batterie rechargeable. Suivant les modèles, celle-ci vous permettra de parcourir entre 10 et 120 km.
Un grand nombre de roues intègrent un mécanisme automatique appelé « tilt back » qui redresse les pieds du pilote lorsqu’il s'incline trop en avant. C'est une protection supplémentaire, pour empêcher que le monocycle ne se coupe brusquement, entrainant la  chute de l’utilisateur.
L'engin s'inscrit aussi dans la tendance du tout connecté. Plusieurs modèles disposent d'une application mobile, pour interagir par Bluetooth avec sa monoroue. Il sera ainsi possible de consulter depuis son smartphone le niveau de la batterie, les kilomètres parcourus ou l'historique de ses déplacements, et de régler des paramètres tels que la vitesse maximale ou la sensibilité des pédales. Certaines roues intègrent même une enceinte Bluetooth qui peut se connecter à votre smartphone pour rouler tout en musique.
Question de taille
Le diamètre de la majorité des monocycles se situe entre 14 et 16 pouces (35 et 40 cm environ). Dans cet intervalle, elles seront en effet à la fois suffisamment réactives et sûres. Les modèles plus petits (de 25 à 30 cm) seront quant à eux bien plus maniables, tandis que les grandes roues (45 cm) mettront l'accent sur la stabilité. Lorsque le fabricant met l'accent sur la stabilité, il arrive qu'il ait recours à des pneus plus larges, ou à deux roues montées côte à côte sur le même axe.
Pour qui la maîtrise, la gyroroue permet d’aller facilement sur plusieurs types de terrains. Cependant si vous avez en tête une utilisation principalement sportive, il serait préférable d’opter pour un modèle à la stabilité accrue.
Se déplacer en gyroroue
Le monocycle est assez difficile à maîtriser. Il faudra compter  de longues heures de pratique pour apprendre à rester en équilibre et avancer sans bousculer les autres piétons. Mais une fois que vous saurez le piloter, vous pourrez glisser avec style sur les trottoirs. Au-delà de son style unique, la gyroroue vous permettra de découvrir des sensations inédites, et bien sûr d'aller sans effort bien plus vite qu'à pied. Tout ceci a entrainé l'émergence d’une communauté d'adeptes de monoroue, ou « Wheelers ».
Si vous n’avez aucune expérience, la meilleure façon pour apprendre rapidement c’est d’essayer, de préférence avec un groupe d’amateurs et de passionnés. Vous trouverez des clubs de passionnés de gyroroue sur les réseaux sociaux. Ce sera le lieu d’échanger des astuces et des expériences sur la conduite.

En plus du temps d’apprentissage que nécessite la gyroroue, d’autres éléments peuvent entraver l’attractivité du produit. Il faudra compter entre 700 et 1500 euros pour s'en offrir une, ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses. Et avec un poids allant de 10 à 20kg, elle est peu pratique à transporter lorsque la batterie se décharge et qu’on est obligé de poursuivre à pied. Enfin, malgré une autonomie de 10 à 120km suivant les modèles, elle n'est pas toujours mesure de couvrir tous les besoins en transport du quotidien.

La trottinette électrique
Qu’es ce que c’est ?
La trottinette électrique, ou patinette est un moyen de transport innovant bien adapté à un environnement urbain. Plus légère et plus rapide qu'une trottinette manuelle, c'est un engin pratique qui pourra vous servir au quotidien.
Comme les versions manuelles, il s'agit d'une planche basse munie de deux ou trois roues, sur laquelle est monté un guidon. L’utilisateur l’entraine en poussant du pied sur le sol, tandis que les roues permettent de s’affranchir des frottements. Les trottinettes électriques sont en prime équipées d'un moteur électrique associé à une batterie. Ceci a l’avantage de diminuer l’effort que doit fournir le conducteur tout en permettant d’atteindre de plus grandes distances. La plupart des modèles sont dotées d’un moteur régénérant, qui se recharge légèrement en cours d’utilisation.
Les avantages
La patinette électrique a de multiples avantages, qui la conforment à de multiples usages. En premier lieu, la plupart des trottinettes modernes sont pliables, légères et compactes, ce qui s'avère utile pour les porter sur soi dans les transports en commun par exemple. Cela vous fera gagner plusieurs minutes dans vos déplacements de tous les jours. Ensuite elle se révèlera très vite économique, nécessitant peu de charges à l'entretien par rapport à une voiture par exemple. C'est enfin, comme tous les véhicules électriques, un appareil respectueux de l'environnement, n'émettant pas de gaz à effet de serre.
Comment choisir ?  
Le prix d’une trottinette est intimement dépendant des caractéristiques de son moteur, de la qualité et de l’autonomie de sa batterie. D’autres facteurs comme le type de roues et les options de personnalisation entreront également en ligne de compte. Une bonne trottinette se chiffrera de 400 à 900 €.
La patinette est très similaire à un autre véhicule qui lui aussi a bénéficié de l’ajout d’un moteur électrique : le vélo.
Présentation vélo électrique
Qu’est-ce que c’est ?
Un vélo à assistance électrique (VAE) est un vélo comportant un moteur électrique qui aide à sa propulsion et une batterie intégrée. Le moteur complémente les efforts du cycliste, en produisant l'énergie pour faire avancer le vélo.
Les premiers vélos électriques étaient destinés aux personnes âgées, ou ayant des difficultés physiques. Mais l'usage est maintenant s'est depuis lors étendu au grand public. Il peut servir dans de nombreuses situations de la vie courante et parcourir de grandes distances sans trop se fatiguer. Il existe même des VTT électriques qui offriront toute la mobilité nécessaire sur les terrains les plus accidentés, en plus de ravir les sportifs.
Comment ça marche ?
Le vélo intègre un moteur électrique qui, suivant le modèle, peut se trouver dans une des roues, dans le pédalier ou encore être déporté par courroie. À ce moteur est associée une batterie rechargeable, qui fournira l'énergie pour faire tourner le moteur. L'autonomie de celle-ci aura un impact direct sur la distance que peut parcourir l'engin. D'autres facteurs comme le poids du cycliste, la météo ou le profil de la route viendront influencer cette distance. Un contrôleur électronique et un boîtier de commande fixé au guidon viennent compléter l'ensemble.
Lorsque le cycliste pédale, un capteur mesure l'intensité de l'effort fourni pour régler la vitesse à laquelle avance l'engin. Certains modèles proposent des niveaux d'assistance, pour agir sur le ratio entre les efforts du cycliste et la puissance délivrée par le moteur. Pour des raisons de réglementation, la vitesse maximale est limitée à 25 km/h.
Certains modèles comportent aussi une dynamo, qui sert à recharger la batterie à partir du pédalage ou dans les pentes descendantes. Toutefois, l'énergie ainsi économisée sera insuffisante pour une charge complète.
Comment choisir ?  
Les vélos électriques se déclinent en de multiples catégories. On les classe en vélos de ville, de randonnée ou encore pliants. Chacune d’entre elle s’adresse à différents usages. Les vélos pliants seront ainsi parfaits pour les personnes voulant à tout prix minimiser l’encombrement, pour pouvoir le garder en avion par exemple. Se démarquent également le cargobike électrique et le VTTAE (vélo tout terrain à assistance électrique) qui reprennent les codes respectifs  vélo-cargo et du vélo tout terrain. Mentionnons également les speed bikes qui brouillent les frontières entre vélos et véhicules deux roues motorisés.
Le large choix de VAE entrainera une large gamme de prix possibles. Il faudra prendre en compte le prix de la version manuelle équivalente, les performances du moteur, la qualité et la capacité de la batterie(en effet, la batterie représente 30 à 50% du prix du vélo). De même, la marque, la catégorie et la foule d’options disponibles sont également des facteurs importants. Le prix d’un vélo électrique de qualité se situera donc entre vous coutera entre 700 et 1400 €, et peut aller jusqu’à 4000 € pour certains modèles de speed bikes.

Vous l’aurez compris, les véhicules monoplaces électriques et gyroscopiques sont des appareils pratiques pour le transport autant en en milieu urbain que sur des terrains plus accidentés. Ils conviennent bien en tant qu’alternatives écologiques aux moyens de transport classiques sur les courtes et moyennes distances. Ceci explique leur succès autant auprès des citadins que des amateurs de sensations fortes. 
Submit your review
1
2
3
4
5
Submit
     
Cancel

Create your own review

Average rating:  
 1 reviews

Au top. Merci pour ces explications Alexis !

Laissez nous un commentaire ! 0 commentaires

Laisser un avis: