23/03/19

Assurance en hoverboard – gyropode?

assurance véhicule electrique monoplace

​ De nos jours, de plus en plus de personnes font le choix d’investir dans les VAE ou les NVEI du fait que ces engins procurent du confort et de l’économie, que ce soient des hoverboards ou des roues électriques.

Représentant un choix idéal pour circuler en ville, les véhicules électriques qui affichent maintenant de nombreux types font partie des engins qui circulent sur la voie publique. Ainsi, comme pour tous les autres véhicules qui fonctionnent avec du carburant, il est nécessaire de suivre quelques règles, notamment en matière d’assurance, pour pouvoir se déplacer avec eux.

 Les NVEI, qu’est-ce que c’est?

Les NVEI ou nouveaux véhicules électriques individuels, sont les nouveaux « joujoux » des citadins. Ils  inondent les magasins et envahissent les trottoirs.

Ce sont des mini-véhicules capables de rouler, pour certains modèles, à plus de 20 km/h. Un de leurs plus grands avantages c’est qu’ils ne sont pas encombrants et vous pouvez les utiliser dans tous les endroits de votre choix. À l’école, en ballade ou au travail, ils sont plus pratiques pour ne pas se perdre dans les embouteillages.

Ils regroupent notamment les rollers électriques, ​les skates électriques et les gyroroue. Ces engins sont interdits sur la route et sont obligés de circuler sur les trottoirs.  

Les gyropode et les hoverboard sont conçus pour un usage individuel et personnel. Ce sont des mini-plateformes dotées d’un moteur gyroscopique. Ils ​fonctionnent à l’aide d’une batterie d’une autonomie de deux à trois heures environ. Ils possèdent deux roues qui vous permettent de vous déplacer aisément et ne disposent pas d’un guidon ni d’un manche. Avec eux, vous pouvez aller jusqu’à 20 km environ.

Alimentés eux aussi par des batteries, les Rocketskates ou rollers électriques sont des véhicules de transports pour les jeunes et les adultes. Ils s’enfilent par-dessus les chaussures. C’est une excellente alternative aux moyens de déplacement habituels. Ils sont motorisés et possèdent deux roues. Avec certains modèles, vous pouvez aller jusqu’à 13 à 16km et leur batterie peut durer 70 min environ.

Le​s roues électriques, (gyroroue ou monocycle électrique) se présente avec un même système qu’un mini-gyropode avec une seule roue. Il nécessite un certain degré d’entrainement pour pouvoir le maitriser.

Le Segway quant à lui est un ​gyropode. On lui a tout simplement attribué le nom de son constructeur. Il se compose d’une plateforme, d’une manche se terminant par un guidon et de deux roues sur les côtés. Fonctionnant comme les gyropodes, ils sont dotés d’un moteur alimenté par une batterie.

Il dispose aussi d’un régulateur de vitesse pour empêcher le conducteur d’aller trop vite. Sa vitesse est de ​20 ​km par heure. S’il est totalement chargé, il peut faire jusqu’à ​20 ​km environ.


Les VAE et les trottinettes électriques


Par contre, les VAE ou vélos à assistance électrique sont autorisés à circuler sur la route avec les voitures. Les trottoirs leur sont formellement interdits. De nos jours, ces VAE sont très tendance, car jeunes et adultes peuvent en profiter.

Comme les NVEI, ils sont très pratiques pour une utilisation au quotidien, surtout pour éviter les embouteillages. Ce sont des vélos, mais qui possèdent des moteurs qui amplifient l’effort fourni par nos jambes quand nous pédalons et qui aident à les propulser encore plus. Il ne faut pas confondre VAE et speedbike qui est considéré comme un cyclomoteur.

Ils n’avancent pas tous seuls et nécessitent toujours une assistance au pédalage. La puissance de leur moteur est inférieure à 250 watts et ne peut excéder les 25km/h. Les vélos électriques doivent être homologués, c'est-à-dire qu’ils assurent une qualité et une sécurité pour le cycliste. Pour être sûr de l’homologation de votre vélo, demandez à votre vendeur un certificat d’homologation lors de son acquisition.

Quant aux trottinettes électriques pour adultes, ce sont des véhicules fonctionnant avec des moteurs alimentés par des batteries lithium ou en plomb. Également appelés patinettes électriques, ​elles se composent d’un plateau, d’un guidon, d’une batterie, d’un système d’accélération et de freinage à disque. Elles possèdent aussi souvent une béquille qui est utile pour stationner et un système de suspension et amortisseur qui sont souvent recouverts par un garde-boue.

Conçus pour se glisser entre les circulations, ces engins sont très pratiques pour les petites courses. Les enfants peuvent se déplacer avec pour aller à l’école et les adultes pour aller rejoindre leur bureau. Ils sont très économiques, car ils ne nécessitent pas l’utilisation d’un quelconque carburant. Leur vitesse peut aller jusqu’à 20 à 30km/h environ selon les modèles.

Quelle assurance utiliser pour ces types de véhicules?

L’assurance est nécessaire en cas d’accident qui survient sur la circulation, c’est un moyen de gérer les risques. En échange d’un certain cout qu’on appelle aussi « prime », c’est l’assurance qui endosse presque toutes les responsabilités vis-à-vis des victimes.

Il vous permet d’être couvert, si vous  êtes à l’origine d’un sinistre ou si vous êtes la victime. Votre assureur prendra en charge les frais comme l’indemnisation et les réparations, lors d’un accident que ce soit accident de voiture ou piéton renversé ou encore si vous heurtez un bien public.

C’est une garantie de responsabilité civile. Donc, elle vous protège aussi en indemnisant les victimes à votre place.  

A noter : les hoverboards ​dotés de batterie Samsung ont des garantie de 2 ans.

Qu’en est-il alors des NVEI, des VAE et des trottinettes électriques?

En général, tous les véhicules qui fonctionnent avec un moteur doivent être assurés, au moins avec une couverture minimale.

Les pilotes des NVEI ne sont pas obligés d’avoir un permis de conduire et sont interdits de rouler sur les routes. Ils doivent en outre être homologués, c'est-à-dire doivent être conformes aux normes européennes sinon ils ne peuvent pas circuler. C'est notamment le cas des trottinettes électriques tout terrain ou encore des trottinettes puissantes. Par exception, dans certaines villes, les pilotes de ces véhicules ne peuvent pas emprunter les trottoirs pendant les fêtes ou les périodes touristiques.

Pour les NVEI, l’assurance habitation peut couvrir l’assurance de base exigée si le NVEI roule à moins de 6km/h, sauf exclusion de garantie. Le pilote de ce genre de véhicule doit respecter le Code de la route du piéton. Au-delà de cette limite de vitesse, le pilote est obligé de souscrire à des contrats semblables à celles des motos. Même s’ils sont plus pratiques à utiliser, ils ne sont pas sans danger tant pour les tiers que pour leurs utilisateurs.

L’idéal est de s’informer auprès son assureur. Même si la législation actuelle n’impose pas le port des accessoires de protection comme le casque, de genouillères et de coudières, ceux-ci sont vivement recommandés pour faire face aux éventuels risques de chute.

Par ailleurs, il est vivement conseillé aux propriétaires de souscrire à des garanties d’assurances complémentaires pour couvrir les dommages qu’ils peuvent subir. Ajouté à cela, il est aussi utile de prévoir une assistance juridique pour les collisions avec une voiture ou un piéton.

Il est d’abord primordial que les VAE soient homologués. Sinon, les assureurs peuvent refuser de couvrir le pilote en cas de litige, et ce dernier doit payer de sa poche les dommages causés à des tiers. Pour les VAE qui ne sont qu’assistés et ne sont pas vraiment mécanisés par un moteur, ils peuvent être assurés individuellement, et ce quelque soit la vitesse qu’ils atteignent. Leur assurance est comme celle des vélos classiques.

Ainsi, la responsabilité civile, les dommages corporels, ainsi que d’autres closes inscrites dans le contrat, comme le vol, peuvent être couverts par l’assurance multirisque habitations. Par ailleurs, les VAE doivent être homologués et doivent avoir une certification de conformité.

Par contre, il en est tout autre pour les vélos qui dépassent les 25km/h et dont la puissance du moteur dépasse les 250W. Pour cette dernière catégorie, les vélos « cyclomoteurs » doivent être immatriculés et assurés, et le pilote doit porter un casque motocycle et avoir en sa possession un brevet de sécurité routière. Ce qui n'est pas le cas des skateboards électriques qui eux sont soumis à la même réglementation que les hoverboards.

Les trottinettes électriques ne dépassant pas le 6km/h peuvent rouler sur les trottoirs. Pour celles qui dépassent cette limite, sont quant à elles, considérées par le Code des assurances comme faisant partie des véhicules à moteur, leurs propriétaires doivent souscrire à une assurance moto.

On peut aussi y ajouter d’autres garanties optionnelles, par exemple de vol ou de la protection corporelle du conducteur, ou d’incendie. Ces trottinettes doivent emprunter la chaussée et sont obligées de suivre le Code de la route. Et celles qui atteignent une vitesse de plus de 25km/h doivent obtenir un numéro d’identification unique ou plaque d’immatriculation auprès du ministère de l’Intérieur et posséder une carte grise. 

En outre, le port d’un casque de moto est aussi obligatoire, et les gants et vêtements protecteurs sont aussi vivement conseillés. En cas de contrôle, le pilote doit présenter un certificat de conformité communautaire.

Même si ​un ​gyropode électrique ou les longboards électriques sont plus pratiques que les autres véhicules, les accidents peuvent quand même arriver et ne préviennent pas. Ainsi, on conseille aux conducteurs d’observer les règles de sécurité qui doivent être appliquées sur tout le long du trajet.

Comme les assureurs affichent des tarifs différents, il est utile de procéder à une comparaison pour trouver le meilleur plan. Et n’oubliez pas, le but de leurs concepteurs a été de vous offrir une meilleure expérience de conduite, à vous de faire en sorte qu’il en soit toujours ainsi.

Doit-on s’assurer en véhicule électrique monoplace
De nos jours, de plus en plus de personnes font le choix d’investir dans les VAE ou les NVEI du fait que ces engins procurent du confort et de l’économie. Représentant un choix idéal pour circuler en ville, les véhicules électriques qui affichent maintenant de nombreux types font partie des engins qui circulent sur la voie publique. Ainsi, comme pour tous les autres véhicules qui fonctionnent avec du carburant, il est nécessaire de suivre quelques règles, notamment en matière d’assurance, pour pouvoir se déplacer avec eux.
Les NVEI, qu’est-ce que c’est?
Les NVEI ou nouveaux véhicules électriques individuels, sont les nouveaux « joujoux » des citadins. Ils  inondent les magasins et envahissent les trottoirs. Ce sont des mini-véhicules capables de rouler, pour certains modèles, à plus de 20 km/h. Un de leurs plus grands avantages c’est qu’ils ne sont pas encombrants et vous pouvez les utiliser dans tous les endroits de votre choix. À l’école, en ballade ou au travail, ils sont plus pratiques pour ne pas se perdre dans les embouteillages. Ils regroupent les gyropodes, les hoverboards, les rollers électriques, Segway. Ces engins sont interdits sur la route et sont obligés de circuler sur les trottoirs.  
Les gyropodes et les hoverboards sont conçus pour un usage individuel et personnel. Ce sont des mini-plateformes dotées  d’un moteur. Ils marchent à l’aide d’une batterie d’une autonomie de deux à trois heures environ. Ils possèdent deux roues qui vous permettent de vous déplacer aisément et ne disposent pas d’un guidon ni d’un manche. Avec eux, vous pouvez aller jusqu’à 20km environ.

Alimentés eux aussi par des batteries, les Rocketskates ou rollers électriques sont des véhicules de transports pour les jeunes et les adultes. Ils s’enfilent par-dessus les chaussures. C’est une excellente alternative aux moyens de déplacement habituels. Ils sont motorisés et possèdent deux roues. Avec certains modèles, vous pouvez aller jusqu’à 13 à 16km et leur batterie peut durer 70 min environ.

Le monowheel, gyroroue ou monocycle électrique se présente avec un même système qu’un mini-gyropode avec une seule roue. Il nécessite un certain degré d’entrainement pour pouvoir le maitriser.

Le Segway quant à lui est un gyroscope. On lui a tout simplement attribué le nom de son constructeur. Il se compose d’une plateforme, d’une manche se terminant par un guidon et de deux roues sur les côtés. Fonctionnant comme les gyropodes, ils sont dotés d’un moteur alimenté par une batterie. Il dispose aussi d’un régulateur de vitesse pour empêcher le conducteur d’aller trop vite. Sa vitesse est de 12,5 miles par heure. S’il est totalement chargé, il peut faire jusqu’à 15-25 miles environ.
Les VAE et les trottinettes électriques
Par contre, les VAE ou vélos à assistance électrique sont autorisés à circuler sur la route avec les voitures. Les trottoirs leur sont formellement interdits. De nos jours, ces VAE sont très tendance, car jeunes et adultes peuvent en profiter. Comme les NVEI, ils sont très pratiques pour une utilisation au quotidien, surtout pour éviter les embouteillages. Ce sont des vélos, mais qui possèdent des moteurs qui amplifient l’effort fourni par nos jambes quand nous pédalons et qui aident à les propulser encore plus. Il ne faut pas confondre VAE et speedbike qui est considéré comme un cyclomoteur. Ils n’avancent pas tous seuls et nécessitent toujours une assistance au pédalage. La puissance de leur moteur est inférieure à 250 watts et ne peut excéder les 25km/h. Les vélos électriques doivent être homologués, c'est-à-dire qu’ils assurent une qualité et une sécurité pour le cycliste. Pour être sûr de l’homologation de votre vélo, demandez à votre vendeur un certificat d’homologation lors de son acquisition.
Quant aux trottinettes électriques, ce sont des véhicules fonctionnant avec des moteurs alimentés par des batteries lithium ou en plomb. Également appelés patinettes électriques, ils se composent d’un plateau, d’un guidon, d’une batterie, d’un système d’accélération et de freinage à disque. Ils possèdent aussi une béquille qui est utile pour stationner et un système de suspension et amortisseur qui sont souvent recouverts par un garde-boue. Conçus pour se glisser entre les circulations, ces engins sont très pratiques pour les petites courses. Les enfants peuvent se déplacer avec pour aller à l’école et les adultes pour aller rejoindre leur bureau. Ils sont très économiques, car ils ne nécessitent pas l’utilisation d’un quelconque carburant. Leur vitesse peut aller jusqu’à 20 à 30km/h environ selon les modèles.
Quelle assurance utiliser pour ces types de véhicules ?
L’assurance est nécessaire en cas d’accident qui survient sur la circulation, c’est un moyen de gérer les risques. En échange d’un certain cout qu’on appelle aussi « prime », c’est l’assurance qui endosse presque toutes les responsabilités vis-à-vis des victimes. Il vous permet d’être couvert, si vous  êtes à l’origine d’un sinistre ou si vous êtes la victime. Votre assureur prendra en charge les frais comme l’indemnisation et les réparations, lors d’un accident que ce soit accident de voiture ou piéton renversé ou encore si vous heurtez un bien public. C’est une garantie de responsabilité civile. Donc, elle vous protège aussi en indemnisant les victimes à votre place.  
Qu’en est-il alors des NVEI, des VAE et des trottinettes électriques ?
En général, tous les véhicules qui fonctionnent avec un moteur doivent être assurés, au moins avec une couverture minimale.
Les pilotes des NVEI ne sont pas obligés d’avoir un permis de conduire et sont interdits de rouler sur les routes. Ils doivent en outre être homologués, c'est-à-dire doivent être conformes aux normes européennes sinon ils ne peuvent pas circuler. Par exception, dans certaines villes, les pilotes de ces véhicules ne peuvent pas emprunter les trottoirs pendant les fêtes ou les périodes touristiques. Pour les NVEI, l’assurance habitation peut couvrir l’assurance de base exigée si le NVEI roule à moins de 6km/h, sauf exclusion de garantie. Le pilote de ce genre de véhicule doit respecter le Code de la route du piéton. Au-delà de cette limite de vitesse, le pilote est obligé de souscrire à des contrats semblables à celles des motos. Même s’ils sont plus pratiques à utiliser, ils ne sont pas sans danger tant pour les tiers que pour leurs utilisateurs. L’idéal est de s’informer auprès son assureur. Même si la législation actuelle n’impose pas le port des accessoires de protection comme le casque, de genouillères et de coudières, ceux-ci sont vivement recommandés pour faire face aux éventuels risques de chute. Par ailleurs, il est vivement conseillé aux propriétaires de souscrire à des garanties d’assurances complémentaires pour couvrir les dommages qu’ils peuvent subir. Ajouté à cela, il est aussi utile de prévoir une assistance juridique pour les collisions avec une voiture ou un piéton.

Il est d’abord primordial que les VAE soient homologués. Sinon, les assureurs peuvent refuser de couvrir le pilote en cas de litige, et ce dernier doit payer de sa poche les dommages causés à des tiers. Pour les VAE qui ne sont qu’assistés et ne sont pas vraiment mécanisés par un moteur, ils peuvent être assurés individuellement, et ce quelque soit la vitesse qu’ils atteignent. Leur assurance est comme celle des vélos classiques. Ainsi, la responsabilité civile, les dommages corporels, ainsi que d’autres closes inscrites dans le contrat, comme le vol, peuvent être couverts par l’assurance multirisque habitations. Par ailleurs, les VAE doivent être homologués et doivent avoir une certification de conformité.  Par contre, il en est tout autre pour les vélos qui dépassent les 25km/h et dont la puissance du moteur dépasse les 250W. Pour cette dernière catégorie, les vélos « cyclomoteurs » doivent être immatriculés et assurés, et le pilote doit porter un casque motocycle et avoir en sa possession un brevet de sécurité routière.

Les trottinettes électriques ne dépassant pas le 6km/h peuvent rouler sur les trottoirs. Pour celles qui dépassent cette limite, sont quant à elles, considérées par le Code des assurances comme faisant partie des véhicules à moteur, leurs propriétaires doivent souscrire à une assurance moto. On peut aussi y ajouter d’autres garanties optionnelles, par exemple de vol ou de la protection corporelle du conducteur, ou d’incendie. Ces trottinettes doivent emprunter la chaussée et sont obligées de suivre le Code de la route. Et celles qui atteignent une vitesse de plus de 25km/h doivent obtenir un numéro d’identification unique ou plaque d’immatriculation auprès du ministère de l’Intérieur et posséder une carte grise. En outre, le port d’un casque de moto est aussi obligatoire, et les gants et vêtements protecteurs sont aussi vivement conseillés. En cas de contrôle, le pilote doit présenter un certificat de conformité communautaire.
Même si ces engins sont plus pratiques que les autres véhicules, les accidents peuvent quand même arriver et ne préviennent pas. Ainsi, on conseille aux conducteurs d’observer les règles de sécurité qui doivent être appliquées sur tout le long du trajet. Comme les assureurs affichent des tarifs différents, il est utile de procéder à une comparaison pour trouver le meilleur plan. Et n’oubliez pas, le but de leurs concepteurs a été de vous offrir une meilleure expérience de conduite, à vous de faire en sorte qu’il en soit toujours ainsi.
Submit your review
1
2
3
4
5
Submit
     
Cancel

Create your own review

assurances pour NVEI
Average rating:  
 0 reviews
Partagez le